Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 16:40

Ce vendredi 30 janvier 2009, Laurent Cabrol, l’ancien Mr météo, fait la promotion de son dernier bouquin (1) (que je n’ai pas lu), à Télématin.
Il déclame : “ce n’est pas l’UMP qui dirige la France, ce sont les Verts”qui, en gros, ont pris le pouvoir et nous culpabilisent, nous rendant responsables du réchauffement climatique, alors que personne ne sait rien sur ses mécanismes.
“On ne donne pas la parole à ceux”, il doit oublier Claude Allègre, qui pensent que la terre “porte en elle les ressources pour s’en sortir toute seule”.


Quel genre d’attitudes ces assertions peuvent-elles encourager ?


A mon sens, celles de ceux qui déclarent à qui veulent les entendre qu’ils ne se sentent coupables de rien et qu’ils n’ont aucun pouvoir de changer la situation.
En effet, comment blâmer les générations passées puisqu’elles ne savaient pas le danger que leurs actes représentaient ? Comment nous reprocher de vouloir notre confort habituel, vu que le “système” est déjà en place ? Pourquoi se casser la tête à changer nos comportements, sans doute une goutte d’eau dans un océan, quand seule une volonté politique forte pourrait obliger nos voisins (“les gens”) de faire un geste ?
Mais, comme “on” ne vote que pour les candidats qui promettent le profit - et la gestion de la crise actuelle  montre que le fameux “système” ne sera pas réformé, la boucle est bouclée. Mieux vaut laisser faire les vents et les océans...
Avec des titres éloquents (2), les énergies renouvelables sont fustigées.
Les éoliennes sont polluantes à la fabrication, bruyantes, inesthétiques, dangereuses pour les oiseaux, peu productives ; le solaire photovoltaïque est polluant comme déchet, ne fonctionne que rarement ; les biocarburants (vrai-fausse bonne idée celle-là !) détruisent la biodiversité à coup de plantations de palmiers à huile, affament le tiers-monde en rendant des denrées vitales hors de prix ; l’hydroélectrique a défiguré fleuves et rivières et est arrivé aux limites de l’équipement ; etc...
Quand on se souvient que les lobbies du nucléaire et des énergies fossiles avaient freiné tout progrès (fours solaires abandonnés, ou autres...), que les énergies alternatives ne représentent qu’une infime partie de la consommation au moment où il faudrait arrêter tout recours aux énergies responsables de l’effet de serre, ou que les problèmes du nucléaire ne sont pas résolus (3), on peut se faire du souci.


Avec le pessimisme qui, dit-on, me caractérise, voyons un peu ce qui devrait advenir d’ici peu. (Suite au prochain article...).


                                                                       Le nain paléofuturologue.


(1) Climat : et si la Terre s’en sortait toute seule ? Laurent Cabrol, Le cherche-Midi, 2008.
(2) Du genre : Le dossier noir des énergies vertes, à la une de Science et Vie n°1086, mars 2008.
(3) Une canicule met à mal le fonctionnement d’une centrale et n’oublions pas les déchets, le déclassement des installations contaminées...

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 11:52

   Il y a peu, un séisme honteux a secoué la Comté : les petits hommes bleus sont intervenus brutalement et abruptement dans des établissements de Lilliputiens. Le mot descente utilisé à dessein car pour les petits Lilliputiens ce fut la descente aux enfers, là où bave le Cerbère !
   Propos démesurés me dites-vous ? Oui, si la sémantique nous empêche de parler de démesure en regard de la taille des protagonistes... mais propos témoignant bien présentement de l'inadéquation des actions et méthodes schtroumpfesques. S'appuyant sans doute sur les vieux adages "l'hobbit fait pas le moine" et "le dealer n'attend pas l'âge des années", les schtroumpfs sont rentrés sans prévenir dans les classes, ont lâché leurs chiens ; des shit-ouah-ouah, des petits chiens renifleurs capables de dévorer tout cru le porteur de barette. Effet de surprise pour les uns, sans doute de surprime pour les autres ( travailler plus pour gagner plus, ce qui ne veut pas dire travailler mieux !). Il fallait frapper un grand coup sur les petits, même si c'est un coup dans l'eau ! C'est ce qu'avait visiblement décrété la schtroumpfe bleue Obao ( comme elle manque pas d'r c'est la schtroumpfe bleue au barreau) qui cherchait de toute évidence à se faire mousser. Attention petits porteurs de barres de Mars ou de tubes de smarties, à vos rangs, fixe !... et en caleçon si le chien a bavé avec insistance sur vos cartables ! 
   A l'heure où le Schtroumpf Suprême cherche à supprimer la pub dans l'audiovisuel public pour soi-disant y promouvoir tout ce qui a vertu éducative ( ben oui, au rythme où il dépouille et assassine l'enseignement scolaire et universitaire, faut bien proposer un ersatz éducatif !). A l'heure où un relent moraliste reconduit l'instruction civique, on nous offre paradoxalement ces "schtroumpf-parades" où l'on ne peut pas dire que le civisme et la pédagogie des intervenants soient des exemples ! En premier lieu, Schtroumpf Suprême ferait mieux de mieux éduquer ses schtroumpfs pour qu'ils soient plus policés et que les actions menées gagnent en crédibilité éducative et préventive.
   "On leur a bien foutu les miquettes aux morveux!", les toutous ont bien cassé quelques affaires scolaires ; "y s'auront qu'à en racheter, ça relancera la consommation !"....ouais ! mais " à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire "...je vous l'avait déjà dit dans un article précédent, seule la médiocrité est reconnue.

PS : toute ressemblance avec des individus ou des évènements récents n'est que fortuite.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 20:35

Aujourd'hui, j'avais une réunion, du genre de celles qu'on nomme "équipe éducative",  qui rassemble les partenaires travaillant autour d'un enfant en grande difficulté, voire handicapé, ce qui signifie aussi parfois en souffrance dans le cadre scolaire non aménagé pour son cas.

Il y a encore deux ans, existait une "instance" appelée CCPE, dépendant d'un inspecteur de l'éducation nationale, et doté d'un secrétaire, enseignant spécialisé, détaché du travail en classe, capable ainsi de  gérer les mises en relation de tous les partenaires, les rapports divers et variés, les suivis nécessaires, etc ,etc....

Et bien, l'éducation nationale a tout d'abord supprimé ces instances et leurs secrétaires, avant de supprimer (bientôt) les réseaux d'aide aux enfants en difficulté (Rased).

Dommages collatéraux: ce travail est attribué aux directeurs(trices) d'école, non formés pour cela, alourdissant les tâches, et surtout (car je ne mégote pas forcément sur le "travailler plus") leur demandant de faire le rapport aux parents, avec leurs mots à eux, et le manque de recul dont disposait le secrétaire, n'étant pas maître dans l'école...(et si, ça a son importance).

Donc, aujourd'hui, nous traitons d'un cas difficile, sur lequel tout le monde s'accorde à dire que le handicap est probable. Nous attendons le rapport du neuropsychiatre, parce que... à chacun son travail.

 

Et puis tout le monde s'en va, et après la classe, la maman, qui est une personne bien consciente, en demande d'aide, mais pas non plus assistée, qui prend ses responsabilités, et assume sa part, me demande, l'air inquiet: "vous croyez, vous, qu'il peut y avoir quelque chose de  neurologique?"

Ce n'est pas seulement l'air inquiet, c'est le regard angoissé, et espérant la parole rassurante. Et moi, je ne peux répondre qu'une chose, c'est que je ne peux pas lui répondre, que ce n'est pas moi, le spécialiste, mais que si un diagnostic est posé, au moins on saura où cibler, comment soigner... et sinon, on continuera à chercher....

On discute, elle est sympa, elle a confiance en nous, elle est aussi réaliste. Mais quand elle part, elle a des larmes dans les yeux.

Je ne suis pas à plaindre, c'est plutôt elle qui l'est.

On n'est pas non plus en Afrique, en Inde, au milieu d'attentats...

On est simplement dans un système qui évacue les gens, les plus en difficulté, au sein de notre école comme ailleurs.

La maman a repris le travail, elle ne peut pas emmener son enfant aux rééducations commencées (dont les 3/4 dans le privé), c'est un taxi qui vient le chercher à l'école et le ramène. Pour le moment, c'est pris en charge par la sécurité sociale.

Pour le moment...

Nous, enseignants de l'école publique, on va continuer à assurer nos "missions", on restera de bois quand on attaquera notre droit à protester, parce que maintenant, c'est la loi. On est fonctionnaires de l'état, on obéit.

On a encore le droit de s'exprimer, tout de même?

 Il parait que l'éducation nationale va débloquer un budget pour s'intéresser de près à ce qui se dit sur le web..... à la recherche des leaders d'opinion....

 

Ce soir, je suis rentrée à la maison, j'avais très faim, très très faim...

J'ai pris un énorme goûter...ça ne m'a pas calmée.

C'est du pathos? perso et égocentrique?

Je m'en fous.

J'aurais voulu prendre cette maman dans mes bras, mais ça n'aurait pas été professionnel.

 

  

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 13:34

Les nains rentreraient-ils en hibernation ?
A la vue du nombre de parutions d'articles, depuis la création du blog, que constatons-nous ? Août 13 ; Septembre 11 (précisons de suite pour faire taire toute polémique que cette coïncidence fâcheuse n'a pas été voulue) ; Octobre 10  et à la mi-novembre 4. C'est la crise ! D'aucun(e)s affirmeront avec un sourire sarcastique que le nain d'orgue n'est pas une espèce prolifique ! Si, si, le nain fait aussi des petits...on ne rit pas ! Mais bon, là, faut reconnaitre que la plume du nain est en berne et qu'à ce rythme c'est la fin du blog avant le printemps ! Allez, une petite prière à Saint Joyeux et à Saint Plet, chacun affûte ses neurones et sa syntaxe et hop ! Les sujets ne manquent pas. Pour les nain(e)s qui n'ont pas encore franchi le pas de l'écriture et pour ceux et celles qui doutent de leurs idées et de leurs écrits, pas de honte ! Qu'ils n'oublient pas que notre société prime l'échec et la médiocrité ( cela va des jeux pseudo intello qui nivellent par le bas l'interêt de leurs questions-réponses pour abrutir les masses, en passant par l'échec humain quand des sociétés licencient et privilégient les actionnaires, sans parler des parachutes dorés, jusque dans les loisirs et l'art - ce matin j'ai entendu la dernière chanson de Cali avec Marie Gillain - moi qui n'ose pas chanter parce que je pensais chanter faux ! ...) Oui, notre société absout tout jusqu'à la médiocrité de certains de ses élus par soucis de préserver la liberté d'expression ! Alors, sur un air emprunté à Hughes Aufray chantons :
                                                                    " Allez les nains réveillez-vous,
                                                                       il va falloir en mettre un coup !
                                                                       Allez les nains, gribouillez- nous
                                                                          des articles sur tout" ....
et surtout des articles!!!!!

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 15:00
Une pomme par jour éloigne le médecin, à condition que l'on vise bien.
Winston Churchill.
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 15:35
"Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches."

Citation de Pierre Desproges (1939-1988)

"Étonnant, non ?"

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 20:38

Le pape, toujours le pape.

Le président. Encore le président.

 

Les questions posées dans l’actualité à l’occasion de la récente venue du pape étaient les suivantes :

 

1                   la question de l’apologie de la « laïcité positive » comme correction de la laïcité synonyme de laïcité négative.  Laïcité positive, négative, neutre ?

 

 

2                   La question de l’espérance à partir du vide en réaction à l’expérience de l’accélérateur de hadrons comme tentative d’aboutir au savoir absolu. Qui serait mortifère pour l’homme. (comme disait Jacques Villeret  dans un sketch célèbre : « ça fait peur non ? »)

 

 

 

Parallèlement à la laïcité « positive » (voir les deux articles précédents- Dieu n’est pas bien … servi), on nous fait l’apologie de la nécessité du vide  tant dans la matière que sous forme d’ignorance des origines qui garantirait l’espérance concrétisée dans la foi. « Crois car tu es vide ». (et vide ton porte-monnaie quand ça m’arrange). Savoir devient une entreprise négative. On se croirait retourné à l’époque de Galilée et des affres devant la question alors hérétique de savoir si la terre était carrée ou ronde. 

 

 

En même temps que certains diabolisent l’entreprise scientifique de l’accélérateur de hadrons comme preuve que l’homme va trop loin, qu’il veut jouer à Dieu, d’autres, et parfois les mêmes, resservent en passant la soupe de la « laïcité positive » en espérant que dans  l’hystérie collective et de  l’enthousiasme collectif pour ce pape « penseur », elle passera comme une lettre à la poste.

 

 

Bref, ce pape vient faire son marché en France et relancer un débat que l’on croyait fini. Celui de la « laïcité positive » (sic) comme facteur de civilisation. Comme si le concept lui-même de laïcité était une erreur à corriger. Ce faisant, notre président et le pape s’entraident  en se donnant mutuellement l’espace et les moyens de concrétiser leur démantèlement de la société française, chacun dans un but déterminé : le président entend ainsi renforcer sa politique de division par une communautarisation de la société française, quitte à ce qu’elle soit assise sur les volcans éruptifs que sont les radicalismes religieux, le pape, lui, saisit l’occasion de remettre le grappin sur ce que l’Église catholique a toujours considéré comme sa fille aînée jadis violentée par la République laïque.

 

 

La République française est cet espace devenu leur champ de bataille.

 

 

 

Ils  sont aidés en cela par une armée d’intellectuels, qui comme des petits soldats et contrairement au rôle naturel des intellectuels, qui serait en l’occurrence de mettre en question et d’analyser la portée à long terme de toute stratégie de torpillage des fondements de notre République, ne forment plus que l’enveloppe sans le contenu et se contentent de commenter et de justifier tous les abus des politiciens (Le pape est aussi chef d’État, si petit et ainsi soit-il) dans une entreprise éhontée de marketing intellectuel. On appelle cela une escroquerie intellectuelle. Ou pire encore : de la paresse intellectuelle que l’on fait passer pour de la réflexion.

 

 

En effet, l’intellectuel est redevenu à la mode. Mais ce n’est pas l’intellectuel de Camus (cf. l’article sur Camus publié sur ce même site), intègre, quitte à être banni en conséquence. Non, c’est l’intellectuel-écran. Écran entre nous et la question qui se pose incessamment à notre existence. La question suprême qui englobe toutes les autres. Celle des origines, me direz-vous ? Eh bien non, celle-là, contrairement à ce que veulent nous faire croire tous les partisans de telle ou telle thèse religieuse ou scientifique, n’en est qu’une parmi tant d’autres. Elle n’est pas et n’a jamais été la question première. La question suprême, c’est celle que l’homme ne s’est jamais posée, c’est la question suivante. Celle avec laquelle nous nous  redéfinissons incessamment.. Et une réponse à la question n’entraînera que la question suivante. C’est son destin. Et c’est ce qui fait avancer les hommes, semble-t-il (encore que je me demande si je ne simplifie pas un peu. Mais j’ai des excuses, je ne suis qu’une naine intellectuelle). La question de la curiosité, du savoir. Lequel ne sera jamais absolu.

 

 

 

Rien d’étonnant alors que nous ayons des soi-disant « philosophes » comme le rabbin Marc-Alain Ouaknin, présenté effectivement comme « philosophe » récemment sur France Inter* (comment être à la fois religieux et philosophe ? Ne doit-on pas y voir un grand écart surprenant...?) et qui nous fait l’apologie du vide pour justifier que l’accélérateur de hadrons répond, si ce n’est  à un crime de lèse-Dieu, tout au moins à une entreprise mortifère, que ce soit dans l’aspiration du trou noir ou dans nos têtes. Dans son apologie du vide comme aspiration nécessaire et incontournable de l’Homme, il y a le postulat que c’est Dieu qui a fait le vide, que la banquise et je ne sais quoi, bref… que le vide est synonyme d’espérance.

 

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous avec leur fameuse espérance qui ne pourrait être que religieuse ? Une notion si abstraite qu’on peut lui faire dire n’importe quoi. Revenons au discours du Latran de notre président : religion veut dire espérance, nous dit-il – nous avons besoin d’espérance  - veut-il répondre par là au fameux : « ne désespérons pas Billancourt ? »  de Sartre à propos du Goulag ? Cela revient à mettre de la poudre aux yeux des gens.

 

Par apologie du vide, on veut nous dire apologie de l’ignorance : le savoir est assimilé au savoir absolu qui serait synonyme de mort. Le savoir absolu de quoi, d’abord ? De quoi ont-ils peur ? Il ne s’agit pas ici de savoir absolu. Si le savoir absolu, c’est connaître les origines de l’homme, ce n’est pas le pouvoir absolu, cela, c’est un des savoirs, un point c’est tout. Assimiler la notion de savoir absolu à celle de la connaissance des origines de l’homme, c’est au moins de la mauvaise foi, tout au plus une preuve d’incompétence philosophique qui prouve bien qu’on ne peut pas se targuer du nom de philosophe quand on exerce une fonction religieuse.  

 

Et d’un : le savoir  absolu n’existe pas, même si l’on remonte au-delà du Big bang.

 

Et de deux : aucun savant digne de ce nom (et sain d’esprit) ne revendique le savoir absolu.

 

 

Et même si la réponse aux origines devait être trouvée dans l’accélérateur de hadrons, elle ne serait pas porteuse du savoir absolu. Même si l’on savait si Dieu existe ou non, cela ne ferait pas avancer le schmilblic. L’origine du monde, au stade où nous en sommes, ne vise pas à prouver ou infirmer l’existence de Dieu. Dieu lui est égal, à l’origine du monde, et partant, à nous.

 


Célébrer le vide comme espérance, c’est abuser du savoir scientifique qui a inscrit le vide comme élément partie prenante et essentiel de l’évolution du monde.


 

Le vide comme garant de l’espérance : les gens qui nous disent cela sans même sourciller sont précisément des gens habitués aux ors et aux pompes – président, pape, ministres.

 

 

Question : mais de quoi ils se mêlent ?

 

Réponse ?

 

Une parmi tant d'autres : une chanson  récente (2006) qui me plaît beaucoup et dont voici le lien :


http://www.youtube.com/watch?v=ArEKZZho4Ao


Elle s’intitule : Man in a purple dress. (Roger Daltrey-Pete Townshend- The Who)

Mon passage favori :

“Men above men, or prats
In your high hats
You priest, you mullah so high
You pope, you wise rabbi
You are invisible to me
Like vapour from the sea.

 

 

  • Emission du 14 septembre 2008 sur France Inter /Le sept neuf du dimanche

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 20:16

 

 Dans Le Monde du 23 septembre 2008, parmi les analyses livrées sur les résultats des dernières élections sénatoriales, on pouvait lire, de la part de M. Philippe Martin (PS), président du Conseil Général du Gers, ce commentaire, comment dirais-je... stupéfiant :

 

« Le Gers a servi de laboratoire d’effacement des lignes de partage entre radicaux des deux rives. »

 

Sans blague !

Eh... qu'es aquò ?

 

 

En lisant le galimatias de ce député, je me fais tout de même un peu de mauvais sang, car il paraît que les médias requièrent de plus en plus souvent l’opinion de M. Philippe Martin au niveau national et qu’il est de plus en plus écouté…

 

Mais, me direz-vous sans doute, une telle exigence de pensée et d’expression dans l’analyse politique ne peut que tirer l’esprit - et le moral - des Français vers le haut...

 

Cela dit, en politique ou ailleurs, une chose est sûre : ça plane dans le Gers !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 15:50

Vous avez toujours voulu - si si, je vous l’assure - savoir que les baleines et les dauphins sont les plus proches parents des... hippopotames ; ou connaître la longueur du pénis d’un balénoptère ou le nombre des espèces sur les côtes françaises (1)...

Filez à l’exposition Incroyables cétacés ! (2), au Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Car vous avez toujours voulu, je vous l’affirme, aller à la Grande Galerie de l’Évolution où vous n’avez (je suis voyant à mes heures) jamais mis les arpions : eh bien, ça ne l’est pas !

Maintenant que vous êtes culpabilisés au canon lance-harpon, vous allez fissa vous démonter les cervicales en observant les superbes squelettes des mammifères les mieux adaptés à l’eau avant Alain Bernard. Qui a dit là, que c’était un thon ? C’est pas un poisson ! Enfin, bon...

J’en frétille encore d’y être allé et c’est pas parce que je suis un nain qu’ils sont grands les cachalots...
                                                          Le nain paléontologue

Ps : les peluches sont hors de prix à la boutique... Mais le catalogue est bien... Et puis y’a la ménagerie du Jardin des Plantes à prix réduit si on va à l’expo... Et puis vous y allez, voilà !

(1) Allez, je suis gentil : 11.
(2)
http://www2.mnhn.fr/cetaces/

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 11:09

   Blanche Edvige ?
  Pas si blanche que çà la donzelle car elle nous en apprend de bien bonnes sur la bande des nains. Ne vous êtes-vous jamais interrogés en effet sur le pourquoi du comment des patronymes des 7 célèbres gaillards raccourcis ? Edvige ouvre pour vous les tiroirs et répond à toutes vos questions, bien au delà de vos espérances que ça en frise même l'indiscret et le pervers. 
  Et oui les surnoms humoristiques et bon enfant (pour mémoire Prof, Atchoum, Dormeur, Simplet, Grincheux, Joyeux et Timide) cachent en vérité des turpitudes, des tourments, des comportements déviants, des maladies honteuses, des opinions syndicales ou des accointances coupables qu'il faut étiqueter, ficher, archiver, classer, stratifier, surligner, boursoufler, indexer, oui indexer avec l'index comme montrer du doigt (sans doigté) pour épingler, désigner, dénoncer, accuser, léprosifier et condamner l'infâme ou l'anormal et les pestiférer. " Et l'œil d'Edvige surveillait Abel ", c'était écrit dans les écrits depuis la nuit des temps bien avant George Orwell et Aldous Huxley. Oeil, œilleton, judas, une bien triste filiation pour une lorgnette dont on ne voit pas le bout tant elle farfouille jusque dans l'intime et le secret.
  Edvige nous confirme (on le pressentait déjà au vu des 7 trognes rougeoyantes) que les 7 compagnons sont portés sur la bibine ! "Ahi aho, en rev'nant du goulot ! " Rien de secret jusque là. Mais prenons un par un nos amis les gnomes.
  Ainsi Atchoum : vous eûtes pu penser qu'en qualité de mineur, il est atteint de silicose. Que nenni ! Pas plus que d'allergie à la poussière, à la fumée de cigarette ou à un courant d'air ! Il ne supporte pas le froid ou la neige ?... Ah vous brûlez !... Edvige nous apprend qu'en réalité à force de sniffer des lignes de coke, Atchoum s'est bousillé les sinus et que depuis toute inspiration lui devient irritante et déclenche un spasme nasal à ensemencer les boites de Pétri à 1 km à la ronde ! Vaut mieux pas tomber nez à nez avec le sus-nommé ! Généreux question miasme le bougre ! Et l'on apprend que ses 6 compagnons ont dû subir des traitements préventifs de désensibilisation. Mais pas avares ni rancuniers pour deux sous, ils pensent toujours à lui offrir un cadeau d'anniversaire ; il fait dire qu' ils adorent l'entendre s'exclamer "Oh, encore des mouchoirs ! ".
   Timide , toujours replié sur lui-même, le doigt tirant perpétuellement sur sa lèvre inférieure, les pieds en dedans, se dandinant d'une jambe sur l'autre, essayant de se faire encore plus petit qu'il n'est. Le seul a avoir des couches ! Il n'ose pas lever le doigt pour aller au p'tit coin lors de réunions ou bien pendant les repas. Elle en sait des choses Edvige ! Timide, à la limite de l'autisme, en thérapie psy depuis des lustres ; tellement replié sur lui que le monde médical l'a surnommé le nain Tussusception ! Pas extraverti du tout, pas comme son compère Joyeux ! 
  Joyeux : il sourit tout le temps, un bon vivant, toujours prêt à la déconade, un farceur de première le gai gnome. Edvige, n'étant ni avare de confidences, ni bonne en orthographe, est prompte à des raccourcis - c'est d'une criante vérité au sujet des nains- et il n' y a qu'un pas entre joyeux et gai, et qu'une lettre (grecque de surcroît) entre gai et gay ! Et l'on comprend la joie incommensurable du gay luron dans la promiscuité qui caractérise la fameuse communauté. Le patronyme "Joyeux" c'est pour les petits n'enfants car en vérité Edvige nous livre son vrai nom : le nain Faux man . Mais oui, il est prêt à sauter (sur) tout ce qui passe ! Tiens, demandez à Grincheux !
  Grincheux, avec sa tête à la Laspales - enfin, c'est vous qui voyez - jamais content, toujours renfrogné avec sa tronche d'éternel constipé. Et bien Edvige nous délivre les véritables raisons du mauvais caractère du quidam. Joyeux lui a fait son célèbre tour de magie dans les douches ( tu vois mes mains, tu sens mon doigt ! ) ah ben il n'a pas apprécié le Grincheux ! Faut dire, à sa décharge (en l'occurence c'était pas la sienne) qu'il souffre d'hémorroïdes - d'où l'air constipé - alors furibard comme pas deux, je vous laisse imaginer. Déjà fort mécontent du départ de son meilleur copain, la contrariété et la colère ont fini de modeler son masque. Ah oui, son meilleur copain ? Faut  vous dire que, tout comme les 3 mousquetaires étaient 4, les 7 nains étaient 8 ! Edvige nous révèle qu'un huitième nain faisait partie de la bande : Grigri, un nain noir, un black pygmée, hélas sans papier. Un nain de couleur ! vous imaginez...insupportable pour certain ; allez dehors, reconduit manu militari dans un charter. Edvige nous le dit, mais vous aviez compris, que les 7 nains sont sympathisants de l'association humanitaire des Droits de l'Homme et qu'ils sont d'autant plus fichés pour cela !
  C'est Prof, la tête pensante du groupe, militant pour l'antenne locale des Droits du Gnome, qui a inscrit ses potes à l'association. Prof, physiquement moitié Robert Hue, moitié Albert Jacquard ; science et sagesse, syndicalisme et engagement, humanisme et réflexion réunis sous les lunettes d'intellectuel et la barbe blanche. Classé comme le plus dangereux dans le fichier d'Edvige, car identifié comme agitateur de conscience pour ses écrits subversifs ; un vrai délinquant textuel. C'est sur que le bonhomme est à l'opposé de Dormeur. Bon je vous l'accorde, il faut de tout pour faire un monde, mais il n'y a pas plus diamétralement éloignés que ces deux là.
  Dormeur : qui dort le jour et vit la nuit. Un noctambule invétéré, proxénète de son état. A voir son faciès bonasse, vous étiez loin d'imaginer que derrière les ronflements diurnes se cachait un loustic fiché au grand banditisme. Un maquereau aux yeux de merlan frit qui, dès minuit, fait la tournée des trottoirs pour récupérer la monnaie ! Des capotes ? Sur les yeux le jour, ailleurs la nuit ! Il vit avec une certaine Lily pute. Et c'est elle d'ailleurs qui fournit la blanche neige à Atchoum !  Et parfois des cachetons d'ecstasy à lou ravi, Simplet si vous préférez.
  Simplet, qui a trouvé un boulot à plein temps au Vatican. L'info est toute chaude, mais il vient de quitter la confrérie. Mais ne vous inquiétez pas, il a été remplacé ( un peu comme pour les Compagnons de la chanson : un s'en va, un autre prend sa place) : par un nain asiatique, dénommé Iku, blanchisseur de son état ; c'est qu'il y en a du linge à laver et à repasser !  Pour en revenir à Timide, il a troqué son bonnet contre la calotte papale. Mais si messie ! Ne me dites pas que vous ne l'avez pas reconnu de par la teneur de son discours. Il a récemment vilipendé les valeurs de l'argent et du pouvoir chez la fille aînée de l'église, devant le Coq gaulois qui plus est ! Soit il manie l'humour à plus d'un degré, soit il débloque ! Quand on pense non seulement à la première décision du Coq gaulois - augmenter  ses émoluments -  mais aussi à la fortune Vaticane ! Y a de quoi rester perplexe... 
  Perplexe devant tant d'informations transcrites et diffusées ( ben oui diffusées ou échangées un jour ou l'autre pour la bonne cause ou pas, surtout pas ! ) par la grâce d'Edvige ! A quoi cela peut-il bien servir de savoir que les 7 hobbits sont assurés chez Groupanain, qu'ils ont un compte au Crédit Vinicole, que Joyeux joue du pipeau, que Prof a sa carte du PCF, que Timide est puceau et que Simplet,  pour se faire quelques thunes, a essayé différents shampoings pour des boites de cosmétiques et qu'il en est devenu chauve !?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens