Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 22:35

Voici la suite de l'entretien accordé à la chaîne télévisée allemande ZDF, dont la première partie est résumée dans l'article précédent - Peur de lire la Plaisanterie Infinie de David Foster Wallace, (1ère partie)?

 

« Le fait de lire exige que l’on soit assis tout seul dans une pièce calme, tranquille … et j’ai des amis, des amis intelligents, qui n’aiment pas lire parce que cela les … ce n’est pas simplement que cela les ennuie, mais c’est qu’il y a là une sorte de peur qui surgit, je pense, à devoir être tout seul et à devoir être tranquille, au calme et c’est une chose que, vous voyez quand vous vous promenez ; quand vous marchez dans la plupart des espaces publics aux États-Unis, le calme y a disparu, on y diffuse de la musique  et la musique est une chose facile à tourner en dérision parce que c’est habituellement une musique horrible, mais il semble significatif que nous ne voulions plus que les choses soient calmes et tranquilles dorénavant. Et pour moi… je ne sais pas si je peux défendre mon point de vue, mais il me semble que cela a affaire avec … quand vous avez le sentiment que le but de votre vie est de vous valoriser vous-même et de continuer sans arrêt, il y a cette autre partie de vous-même, c’est la même partie qui a en quelque sorte faim de silence, de calme et de tranquillité et qui a besoin de pouvoir penser très fort à la même chose pour peut-être… une demi-heure au lieu de 30 secondes, cette partie-là n’est absolument pas nourrie… et cela se fait sentir dans notre corps, ici (il désigne sa poitrine)… je ne sais pas si cela a véritablement un sens, mais il est vrai qu’ici, aux États-Unis, chaque année la culture devient de plus en plus hostile, je ne veux pas dire par là hostile au sens d’« agressive », mais c’est juste que cela devient de plus en plus difficile de demander aux gens de lire ou de regarder une œuvre d’art pendant… disons une heure et d’écouter un morceau de musique qui soit compliqué à comprendre dans le travail du texte… Il y a beaucoup de raisons à cela, mais particulièrement de nos jours, dans la culture de l’informatique et la culture qui « entre et ressort en permanence » (in an out culture), tout va si vite et plus les choses vont vite, plus  nous nourrissons cette partie de nous-mêmes, mais nous ne nourrissons pas la partie de nous-mêmes qui aime… qui aime le calme et la tranquillité, qui est capable de vivre dans le calme et la tranquillité, vous savez, sans aucune espèce de stimulation… je ne sais pas… »


Vous, je ne sais pas, mais moi, je sais bien que je ressens souvent la même chose…

 

le passage transcrit ici se trouve dans la vidéo au bout de 2:10 mn:

 

 

 

 

 

Texte original de l’entretien :


 “Reading requires seating alone by yourself in a quiet room and I have friends, intelligent friends, who don’t like to read, because they get… it is not just bored, there is an almost dread that comes out, I think, here about having to be alone and having to be quiet and you see that when you are walking; when you are walking in the most public spaces in America, it is not quiet anymore, they pipe music through and the music is the easy thing to make fun of because it is usually horrible music, but it seems significant that we don’t want things to be quiet ever anymore and to me… I don’t know that  I could defend it, but that seems to me it has something to do with… when you feel like … the purpose of your life is to gratify yourself and get things for yourself and go all the time, there is this other part of you, that is the same part that is almost hungry for silence and quiet and thinking really hard about the same thing for maybe half an hour instead of  30 seconds, that doesn’t get fed at all … and it makes itself felt in the body and the kind of dread in here (he shows his chest)… I don’t know whether that makes a lot of sense, but it is true that here in the US, every year the culture gets more and more hostile, I don’t mean hostile like angry, just it becomes more and more difficult to ask people to read or to look at a piece of art for …an hour or to listen to a piece of music that is complicated in the text work to understand, because … there are a lot of reasons , but particularly now in the computer and in and out-culture everything is so fast and the faster the things go, the more we feed that part of ourselves, but don’t feed the part of ourselves that likes … that likes quiet, that can live in quiet, you know,  without any kind of stimulation… I don’t know…”

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
je pense qu’ouvrir notre espace intérieur sur les autres ne peut se faire qu'au travers du silence qui nous invite à la vraie écoute mais exige aussi de nous retrouver face à nous-même, peut--être<br /> est-ce là la solitude dont beaucoup ont peur. Le silence n'est pas le vide, ni le rien, mais plutôt la respiration de l'esprit et la source de la parole. C'est du moins ainsi que je le ressens.
Répondre

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens