Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 17:22

Dans un texte intitulé Du populisme en littérature, que l’écrivain Charles Dantzig a publié dans Le Monde du 18-19 mars 2012, une phrase m’a semblé résumer particulièrement bien l’entreprise populiste : "Les régimes populistes sont ceux qui s’entendent le mieux à paralyser le peuple en le popularisant."

En écoutant France Inter, j’ai été confrontée récemment à ce que je considère comme un exemple presque parfait - et abominable -  de ce populisme qui prend les gens pour des c...

Oui, j’ai été choquée en écoutant un extrait d'un récent discours de notre président de la République, qui, lors d’un meeting tenu je ne sais plus où (nos candidats les enchaînent en ce moment comme les perles qu’ils lâchent ici et là), a ponctué à plusieurs reprises ses diatribes contre l'adversaire du moment d’un : « C’est la vérité et tout le monde le sait ! »

Choquée, oui, j’ai été, dans cette guerre des étoiles politiciennes… par l’arrogance inouïe d’un président-candidat qui prétend balayer toute éventuelle contestation de ses affirmations en invoquant, non pas les preuves de ce qu’il affirme, mais LA (fameuse) Vérité, une et indivisible, qui ne peut être que la vérité puisque tout le monde le sait que c’est la vérité.

La loi du plus grand nombre étant toujours la meilleure…

Choquée par la brutalité de cette phrase incantatoire de celui qui se veut le candidat du peuple (d’autres que moi ont fait la démonstration de l’ironie de la « chose ») contre les élites (qu’il représente en tant que chef de l’État tout-de-même), mais plus encore par son caractère insidieux  en assénant au peuple que c’est (c’est quoi ?) la vérité et en lui affirmant dans le même-temps que ce ne peut qu’être la vérité puisque tout le monde le sait. Tout le monde étant les autres, donc, si toi, péquenot du peuple, tu ne le sais pas, c’est que tu es un « couillon » (pour reprendre un si joli mot dans la bouche d’un président).

 Choquée de surcroît, quand, par un tour de passe-passe extraordinaire, il se dispense d’une démonstration de CETTE prétendue vérité en prenant à témoin le peuple, cet abstrait monsieur/madame « Tout le monde » dont il décrète qu’il le sait bien, que c’est la vérité, et que par conséquent, ce que le peuple  sait, le président le dit. Et puisque le président le dit, c’est que tout le monde - le peuple - le sait.

Mais ce tout le monde est à la fois une entité abstraite (comme la Vérité) et une multitude de gens qu’il faut convaincre que ce que dit le président, c’est la vérité. Mais quelle meilleure démonstration de LA Vérité pour le candidat que de s’adresser aux parties qui ne savent pas que c’est la vérité en leur disant qu’il faut croire que c’est la vérité puisque tout le monde, c'est-à-dire les autres, savent que c’est la vérité.

Car les gens aiment avoir l’impression de savoir, même s’ils ne savent pas ce qu’est la vérité. L’essentiel, c’est de croire que l’on sait, n’est-ce pas ? L’impression que l’on a et celle que l’on donne, celle du peuple et celle du candidat.

En définitive, ce président réussit la prouesse de s’ériger à la fois en directeur de l’opinion du peuple, en lui disant ce qu’il faut croire et qu'il faut croire ce qu’il dit, puisque c’est la vérité  et que tout le monde le sait, et en porte-parole de ce même peuple (plus exactement de la partie qui est susceptible d’être sensible à son discours) auquel il dit que tout le monde sait que c’est la vérité.

Mazette.  C’est la vérité, alors, que populisme rime bien avec manipulation des masses ? Mais enfin, cela, tout le monde le sait déjà ! Il ne manquait qu’une démonstration de plus. Le président l’a faite avec brio, dirons-nous.

Dans un autre extrait du texte de Charles Dantzig, l’auteur résume bien la tartufferie populiste :

"Nous savons aussi que « peuple » est une usurpation de langage. Le peuple, c’est tout le monde, comme dans l’expression « le peuple français », ou c’est personne. Dans les temps de crise, certains politiciens s’entendent à donner l’appellation flatteuse de « peuple » à ceux qui souffrent ou craignent de souffrir, ou s’imaginent qu’ils souffrent. Le populisme donne une pureté factice à une portion fantasmée de la population. C’est la ruse des malins et la force des désespérés."

Point, à la ligne.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Blog(fermaton.over-blog.com),No-19.- THÉORÈME VERITAS. - La vérité c'est quoi ?
Répondre
C
Blog(fermaton.over-blog.com),No-19.- THÉORÈME VERITAS. - La vérité c'est quoi ?
Répondre
V
La vérité du candidat-président ou du président-candidat, ou bien encore du présidat ou du candisent...Ouaip, candisent ça sonne comme "qu'en disant" et il va bien finir par saborder sa campagne<br /> "qu'en disant" des bourdes notre illettré national ! Aucune culture, aucune connaissance des mots ! C'est la vérité, non ? Quand il parle "d'apparence musulmane" suite aux évènements dramatiques<br /> qui ont endeuillé la Nation il y a peu, mais quelle honte ! Aucun respect, aucune considération de la part du petit Nicolas pour une victime dont le père a réagi avec virulence et dignité pour le<br /> renvoyer à ses leçons ! Et ce matin, sur France Inter la chronique de Melle Aram qui, relevant cette inculture crasse a dit : "Le jour où il nous faut avancer d'une heure, le président, lui, recule<br /> d'un siècle". Eh, oui, la vérité est bien celle-ci : renvoyons le tartuffe de la République dans le siècle qui lui sied, et qu'il y reste une bonne fois pour toute.
Répondre
N
"C'est la vérité et tout le monde le sait" n'est bien sûr qu'une expression destinée à marteler des affirmations comme des vérites premières dans le but d'influencer les opinions des gens et,<br /> contrairement au théorème mathématique, de se dispenser soi-même, en tant que candidat, de la preuve nécessaire en invoquant la vérité suprême de l'abstrait Monsieur tout le monde. Ensuite, on peut<br /> toujours faire des enquêtes d'opinion sur les différentes catégories de gens et leurs vérités/opinions.<br /> Mais la question philosophique de la vérité (au hasard: quel est le vrai de la vérité?)n'est pas à l'ordre du jour de la campagne actuelle.
Répondre
V
La tartufferie réside surtout dans le fait de mélanger les vérités. Chacun a sa vérité, qui n'est pas obligatoirement la vérité du voisin. Il est bien trop risqué d'utiliser le terme d'opinion qui<br /> par définition se révèle multiple alors que le mot "vérité" possède une dimension universelle, tel un théorème mathématique. Sauf que les politiciens jouent avec les mots et ont cette fâcheuse<br /> tendance à la dérive pour servir leur vérité ! Diviser pour mieux régner, certes, mais avant tout réunir les partisans sous une bannière authentique, philosophique et qui n'admet aucune<br /> contradiction ! Et pour étouffer le débat, il est indispensable de mentir sur l'essence même et la signification des mots, en leur prêtant et en généralisant un des sens qu'ils peuvent avoir.<br /> Surtout noyer la réflexion en abusant de ces termes grandioses et donner l'illusion de celui qui détient la vérité comme jadis le sorcier détenait le feu sacré. L'unique vérité est bien que la soif<br /> du pouvoir dénature les mots sous prétexte de "parler vrai".
Répondre

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens