Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 11:06

Me voilà de retour après des mois d'absence dans la rubrique littérature.

Il est sorti lundi, en pleine semaine de surbookage...j'ai du attendre hier soir pour le dévorer...

Les éditions Zulma, une fois de plus ont habillé ce livre avec géométrie et couleurs, un peu à la Mondrian. Cela nous rappelle la couverture à la Delaunay de notre si délicieux  Rosa candida (en vignette ci-dessous)

l-exception-hd-copie-1.jpg

 

rosa-candida-zulma.jpg

L'auteur Audur Ava Olafsdottir, cette fois-ci aborde la rupture, la séparation, et la reconstruction de soi-même après cette déchirure imprévisible, mais tellement visible après introspection: le coming out de l'être aimé avec qui l'héroïne avait prévu de vivre non  pas pour l'éternité , mais au moins pour un demi-siècle .

Tout commence à l'aube d'une nouvelle année...Floki s'en va avec Floki, son collègue, son amant, son complice dans leur travail sur la théorie du chaos. Et cette parole perdue dans les bruits des pétards de la nouvelle année et le flop du bouchon de champagne sème le chaos dans la vie de cette femme qui n'a rien vu venir.

Floki avec Floki, les enfants jumeaux, les deux papas de Maria, les deux Albert; les doubles vies:  beaucoup d'êtres vont par deux, même les arbres...cette duplicité, cette dualité est peut-être une source d'équilibre dans ce monde.

(déjà dans Rosa Candida: le héros avait un frère jumeau rappelez-vous et dans l'embellie aussi l'amie quelque peu déjantée attendait des jumelles)

Tel un hamac accroché en pleine nuit hivernale islandaise entre les deux sorbiers du jardin: un équilibre un peu farfelu sous l'infinité du ciel étoilé.

Maria , restera la femme de la vie de Floki, l'exception de la vie de Floki. Mais cela ne change en rien la solitude et le désarroi de Maria qui sont pris en charge par l'étrange voisine Perla, une naine pétillante conseillère conjugale et auteur de polars pour un romancier policier en manque d'inspiration. Ce personnage peu conventionnel, autre exception,  nous rappelle un peu dans ses discussions avec Maria les échanges du héros avec le moine jardinier/cinéphile dans Rosa Candida.

Maria avance dans le cheminement de sa nouvelle vie en se recontruisant peu à peu, au gré des allers retours  et des découvertes dans son passé et des échanges quotidiens avec Perla. 

Tout cela pour aboutir à la recherche d'une autre exception d'un an à peine, espérée depuis 6 ans et plus, venue d'ailleurs qui aidera peut-être à la reconstruction d'un nouvel équilibre pour notre héroïne engagée de longue date dans l'aide humanitaire.

Dans ce livre toujours aussi bien écrit et traduit par Catherine Eyjolfsson (merci chère traductrice de nous offrir pour la 3ème fois ces bonheurs littéraires islandais), la poésie est toujours là : la description visuelle et sensuelle de la nuit polaire, de la neige, de la mer avec ses crêtes gelées, de la lave arrêtée à jamais en pleine lande arctique...rien que du bonheur.Et comme toujours l'humour est là à chaque chapitre, et un rire ou un sourire nous emporte un peu plus loin .

Je ne peux évidemment que vous dire d'aller très vite chez votre libraire préféré(e), et de vous procurer ce livre.

Et  comble de bonheur si vous avez manqué Rosa Candida et L'embellie les deux  précédents romans: ils sont sortis tous les 2 en poche !

Naine Mithril

N'hésitez pas à relire l'article sur Rosa Candida (février 2011 rubrique littérature)

rosa-candiada.jpg

l-embellie-9782846667739_0.gif

 

ou si vous préférez avec la collection zulma :

l-embellie-original.jpg

 

Pour ceux qui souhaite lire l'embellie:

C'était l'histoire d'une jeune femme peu conventionnelle, qui vient de rompre avec son amant occasionnel (ou est-ce lui qui a tenté de rompre?? Un doute plane), et qui se retrouve abandonnée par son mari avec qui elle n'a jamais vraiment communiqué . Cette femme un peu fantasque, totalement maladroite avec les jeunes enfants et peu tentée dans le fait de devenir un jour une  maman (un passé douloureux évoqué en italiques semble en être à l'origine), se voit confier par son amie musicienne Audur enceinte de jumelles ( amie totalement à l'ouest) pour quelques jours un enfant de 4 ans sourd et avec de grosses lunettes. Elle, une traductrice de plus de 10 langues différentes, linguiste confirmée se voit confrontée aux problèmes de communications avec Tumi qui la prend un peu au dépourvu. Au début désemparée, ele entreprend un  voyage autour de l'île noire, l'Islande si chère à l'auteur, île noire qui ressemble "à un chien" selon Tumi. Avec cet enfant, elle apprend peu à peu à le comprendre, à communiquer au delà des simples mots en un mot à l'aimer. Durant ce voyage peu commun dans les landes arctiques, cette femme va de rencontre en rencontre, d'aventures intimes en aventures intimes. Ce livre comme le précédent, met en avant la sensualité : pas seulement sexuelle, mais aussi gustative (le livre s'achève avec des recettes) , olfactive, visuelle, tactile, auditive...en un mot un livre sur la sensualité de la vie.

 


 

 

 

ci-dessous un extrait des 11 questions posées à l'auteur lors de la sortie de l'embellie sur le site

lechoix deslibraires.com

  • Le courrier des auteurs : 10/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Je ne suis pas sûre. Je pense qu´il y a plusieurs moi en chacun de nous et en chacun de ces moi quelque chose d´inconnu. Tant mieux. La vie est changement et je suis en constante recherche des lieux, des livres et des rencontres qui puissent me permettre de me dépasser et d´avoir un regard neuf sur le monde.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Même si l´Embellie est l´aventure d´une héroïne insolite qui effectue un voyage intérieur ou métaphysique tout comme le protagoniste de Rosa candida, c´est plus complexe que ca. Je pose dans ce roman des questions sur la liberté, sur le temps, sur le hasard (... l´infortune suscite parfois des malheurs à la chaîne, de même que la veine peut attirer la veine... p. 132) et surtout sur le rôle du langage dans la communication. Pour une héroïne qui parle une quantité de langues mais n´a pas la parole particulièrement facile, il fallait un partenaire de voyage qui ne parle pas pour montrer qu´il existe un monde au-dessus des mots. Je ne crois pas que les mots puissants rendent compte de notre réalité, la communication passe aussi par les gestes, les regards, par le toucher, le sentir et le goûter. Or l´Embellie est aussi un roman sur le corps et l´expérience où la perception corporelle joue un rôle important dans la vie de l´héroïne. Mais ce n´est pas seulement un livre sur le corps d´une femme, mais aussi celui sur le corps d´une île.
Le livre a été très bien reçu en Islande (encore mieux que Rosa Candida) et a eu un prix important. Un critique islandais a écrit que le livre était «... entièrement féminin, comme si l´auteur avait voulu lancer un défit aux scènes de corrida de Hemingway !... Je crois - au moins je l´espère - qu´il a voulu dire par là que je lance un défi aux stéréotypes littéraire de la masculinité et la féminité !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Mon éditeur espagnol m´a expliqué qu´il avait tenté de choisir une phrase clé du livre et qu´il s´était trouvé avec dix pages rempli de phrases clés !
Peut être je pourrais tenter celle-là : «Les femelles veillent sur la progéniture les unes des autres, c´est en tout cas ce que font les canes du lac. (p.140).

Si c´était un passage ca pouvait être celui-ci :... C'est à ce moment précis que m'effleure pour la première fois l'idée que je suis une femme au milieu d'un motif finement tissé d'émotions et de temps, que bien des choses qui se produisent simultanément ont de l'importance pour ma vie, que les événements n'interviennent pas les uns après les autres, mais sur plusieurs plans simultanés de pensées, de rêves et de sentiments, qu'il y a un instant au coeur de l'instant. Bien plus tard seulement, la mémoire fera son tri et discernera un fil dans le chaos de ce qui a eu lieu. C'est exactement ainsi que les destins d'une femme et d'une bête s'entrecroisent. La conductrice écoute une chanson espagnole d'amour et de regret, elle jette un bref coup d'oeil dans le rétroviseur pour voir comment son petit compagnon de voyage sourd se débrouille avec son Chocolait et sa banane, au même moment un mouton décide de traverser la route juste au nez de la voiture, ou bien prend peur... que sais-je du fonctionnement psychique d'un représentant de la souche antique et pure des moutons d'Islande ? Le temps est un film qui passe au ralenti.... (p. 203)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Quand la femme protagoniste écrase un mouton sur son chemin elle écoute une chanson espagnole d'amour d´un film d´Almodovar qui dit ; piensa en mi
Cuando sufras. Quand tu souffres, pense à moi.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Mon monde imaginaire et mon écriture qui est différente d´autres écrivains tout comme leur monde est différent du mien. J´avoue aussi avoir des choses à dire !

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Non, il me faut juste un stylo ! Je peux écrire n´importe où sauf si je souffre du mal de mer.
C´était pareil pour les grecs anciens et l´amour. S´ils souffraient du mal de mer ils ne pouvaient pas tomber amoureux.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Elle est toujours là. Mais comme j´enseigne toujours à plein temps à l´Université d´Islande, c´est surtout le temps pour écrire qu´il me manque.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Je lisais déjà islandais à 4 ans mais comme je ne trouvais pas toujours des livres que j´aurais aimé lire je m´inventais des histoires. Mais j´étais encore trop petite pour écrire. En lisant je «corrigeais» souvent des livres d´enfant en rajoutant des pages ou même des chapitres entiers ! Je savais qu´un jour j´écrirai des livres mais c´était encore un secret et je n´étais pas pressée non plus car je voulais d´abord tenter d´autres aventures. Ce que j´ai fait. Aujourd´hui je fais un peu comme dans l´enfance ; j´écris des livres que j´aurais aimé lire mais que je ne trouve pas. Ce qui ne m´empêche pas d´apprécier des oeuvres d´autres écrivains.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Quand j´ai appris à lire et que j´ai découvert que j´avais accès à un nouveau monde où tout étaient possible et qui était sans restrictions du temps et de l´espace.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Non. Mais quelqu´un a dit qu'un lecteur cherche dans un livre ce que lui manque dans sa vie.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Avec les vastes espaces de silence en Islande les librairies sont mes lieux préférés. D´ailleurs ils se ressemblent à bien des égards.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je sens que je vais ajouter un ou plusieurs ouvrages à ma pyramide de livres à lire! Merci de partager si bien tes bonheurs de lecture.
Répondre

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens