Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 15:55

Le nain paléontologue que je m’emploie à être ne pouvait que se précipiter au réemploi de ptérosaures (reptiles volants du secondaire), brontothères (parents disparus des rhinocéros) et autres jolies bébêtes en 3D relief.


Pas de déception ! Avatar présente tout ce qui a fait le succès du réalisateur des Terminators : les combats musclés, les confrontations entre un petit groupe de civils et des militaires, la dénonciation des logiques inhumaines des puissances collectives (armées, trusts...), les intelligences artificielles ou venues d’ailleurs, les espaces confinés, les femmes fortes et les êtres d’exception.
Les nouveautés consistent dans de grands espaces naturels et, bien que le thème soit nettement transposé d’Abyss (la folie guerrière et oppressive de l’homme), la folie destructive au nom du profit.
Clairement, les civils sont nommés “écolos” par les militaires à la solde de la compagnie exploitante du patrimoine de la lune Pandora.
Message à la mode diront certains ; mais, vu que j’y adhère, je ne m’en plains pas.

La Nouvelle Zélande magnifiée par l’infographie et les mouvements parfaits des êtres vivants de la forêt fluorescente redoutable de Pandora sont un plaisir pour les yeux.
Le cinéaste ne cherche pas à cacher que le film est l’habillage exotique d’une histoire de cow-boys colonisateurs et d’Indiens à “cheval” (le mot est prononcé dans la version française, la seule que j’ai visionnée, par la native héroïne).
L’univers créé, cohérent, emprunte à la théorie de Gaïa (1) et résiste aux visions successives de l’œuvre tant il fourmille de détails.
La difficulté à faire passer un message de préservation écologique est très bien transcrite, d’autant plus que les diables bleus autochtones (avec longues oreilles, canines et queue, leur propension à vous crucifier dès qu’ils trouvent une bonne raison...) sont suffisament “sauvages” pour que l’on éprouve les mêmes difficultés que dans la vie non virtuelle à tolérer des existences libres et dépourvues d’économie de marché.


Bien sûr, d’aucuns regretteront la volonté affichée d’offrir un film tout public, pour faire réfléchir les jeunes générations, sans transgression ou au-delà de l’écran quelconques.
Je n’en suis pas.
Tout au plus noterais-je que l’auteur n’a pas encore trouvé d’autre manière de combattre les violences des puissants que l’artillerie lourde ; mais c’est son fond de commerce, et en existe-t-il une ?


                                                                                     Le nain paléontologue.


(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypoth%C3%A8se_Ga%C3%AFa

Partager cet article
Repost0

commentaires

X
<br /> Un essai mythologique et shamanique sur Avatar: http://www.liberterre.fr/metahistoire/mythe-vivant/avatar.html<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> On m'a poussé à aller voir ce film et je dois avouer que maintenant j'en suis fan. Les détraqueurs peuvent en effet reprocher un scénario vu et revu ( notamment dans pochaontas ) et la morale<br /> écolo. Mais on ne peut être que submerger devant ce décors paradisiaque. Une beauté telle qu'on en tomberait amoureux...<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Je partage entierement l'avis du Nain paleontologue sur ce film qui me semble ne pas enthousiasmer cependant les critiques de films qui deplorent un scenario deja vu. Oui il s'agit d'un film<br /> d'Indiens et non d'un western au sens propre du terme (dans un western, les heros sont toujours les hommes, non ?), que l'on pourrait rapprocher de la "fleche brisee" de Delmer Daves avec James<br /> Sterwart. Sauf qu'ci, les nobles sauvages font trois metres de haut et portent, a la place d'une couronne de plumes, une "clef usb" qui les connecte au monde qui l'entoure. On pourrait aussi<br /> rapprocher ce film de Winnetou. Bref, Cameron connait ses classiques...moi, je ne m'en plains pas. Le challenge, ici, etait surtout technique et le pari est tenu. Quant a l'histoire, elle melange<br /> autant Terminator, Alien, Abyss et le Titanic, si on y regarde de pres. Et puis quoi, un film tout public qui fasse intelligemment reflechir, ce n'est pas si frequent...<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens