Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 18:14

On s’en doute : la connaissance ne s’acquier pas en un jour...
Au temps des expéditions qui décimaient la faune pour les cabinets de curiosités les musées, on recevait beaucoup de cadavres séchés (“mises en peau”) ou naturalisés. Les Indigènes savaient que les Occidentaux, friands de nouveautés, achèteraient même de faux animaux que je ne montrerai pas ici*.
Mais quand il faut présenter au public ces animaux exotiques, restituer les couleurs des parties molles ou des yeux, retrouver les positions ou les habitats naturels devient un défi. Il faut faire des choix.

Ces brèves grenadines (1) sont forestières, et n’houspilleraient pas un nocturne en plein air au bord d’une falaise ailleurs que dans cette monographie sur les oiseaux asiatiques de la 2 ème moitié du XIX ème siècle.

Cet épimaque de Meyer (2) paradant dans un ouvrage sur les paradisiers vers 1891, n’a pas la bonne posture. La vraie (3), avec les plumes des flancs remontées au dessus de la tête, est illustrée ici par William T. Cooper plus de cent ans plus tard...

Ne croyons cependant pas que cette méconnaissance soit l’apanage de nos aînés...
Des approximations existent au siècle dernier ; l’exemple est ici le mâle de l’outarde canepetière dont la septième rémige primaire est raccourcie (4).
Dans un guide d’identification de 1987 (5), ce détail n’est pas mentionné, peut-être jugé sans importance pour la reconnaissance de cet oiseau menacé. Pourquoi alors ne pas schématiser ? Au moins, ce ne serait pas faux, ce serait clair, plus simple à dessiner. Mais les “ornithos” achèteraient-ils un tel livre ? Personne n’a essayé, je crois...

Comment réalise-t’on ces (jolis) dessins ?
À la prochaine !

                                                   Le nain paléoiconornitholphile.

* Notons quand même qu’en 1798 les savants ne crurent pas à l’existence de l’ornithorhynque, habitués qu’ils étaient aux torses de singes habilement cousus aux queues de poissons pour faire des sirènes ou d’autres joyeusetés...

(1) John Gould et William Hart, dans Peintres et illustrateurs d’oiseaux, 1991, Abbeville Press.
(2) William Hart, idem.
(3) The birds of paradise, 1998, Oxford University Press.
(4) Hylary Burn dans le Guide encyclopédique des oiseaux du Paléarctique occidental, 1998, Nathan.
(5) Les oiseaux d’Europe, Delachaux et Niestlé. Dessinateurs non différenciés par planche.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens