Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 19:22



Après le gorille, jouons avec les dinosauriens ; car c’est bien ce mot-là, et non pas celui de “dinosaure” qui va prévaloir pendant bien des années dans nos dictionnaires populaires.
Moins polémique que le précédent, ce terme témoigne néanmoins de certaines avancées de la paléontologie ; rappelons que le terme, nom masculin pluriel, date de 1841.

Nouveautés, erreurs, commentaires.

Dinosauriens. Petit Larive et Fleury, éditions scolaire, 1902 :  (grec deinos, grand, terrible + sauros, lézard) Genre fossile de très grands reptiles terrestres qui vivaient à l’époque jurassique et au commencement de l’époque crétacée. Apparemment : les fouilles sont en cours...
                      
                      Nouveau petit Larousse illustré, 1931 : Ordre de reptiles fossiles. On ne se mouille pas.


                      Nouveau dictionnaire illustré Simon, 1947 : ( s’il s’était “viandé” avec le gorille, là, il se rattrappe !) Ordre disparu de reptiles sauriens (rien à voir avec les lézards... C’est bien ce qui est dit juste après) de l’époque secondaire. Ils ressemblent à des crocodiles ( c’est vrai : anatomiquement et évolutivement parlant, les crocodiles sont leurs plus proches parents actuels, en dehors des oiseaux qui sont une branche de dinosaures carnivores, mais question ressemblance superficielle, c’est moins sûr...), tout en ayant les membres postérieurs plus longs que chez ceux-ci (c’est bien le moins qu’on puisse dire !). Les dinosauriens forment les intermédiaires entre les reptiles et les oiseaux : ils ont des ressemblances avec ceux-ci par les caractères de leur bassin, de leurs membres et de leur crâne. Là, chapeau ! Certes, c’est en 1868 qu’Huxley avait émis l’hypothèse, mais elle ne sera admise définitivement que dans les années 2000, avec la découverte de nombreux dinosaures à plumes bien conservés, en Chine (*).

                      Nouveau Larousse universel, 1949 : (du gr. deinos, terrible, et sauros, lézard) Ordre de reptiles fossiles qui comprenaient des animaux gigantesques, dont certains dépassaient 20 m de longueur : les dinosauriens vécurent aux époques jurassique et crétacée. On progresse.

Dinosauriens ou dinosaures. Larousse 3 volumes en couleurs, 1965 : (du gr. deinos, terrible, et saura, reptile. La facilité avec laquelle les dictionnaires changent les étymologies m’intrigue toujours... Tous ces allers retours...) Ordre de reptiles terrestres du secondaire, comprenant des animaux très variés de taille (1 à 30 m) et de formes (quadrupèdes ou bipèdes), ayant en commun leurs os creux, leur bassin rappelant celui des oiseaux, leur tête relativement très petite ( bien mauvaise observation des carnivores, des pachycéphalosaures ou des cératopsiens), et souvent un cou et une queue allongés, contrastant avec un tronc massif. (On distingue [j’en passe...diplodocus, brontosaure (raté ! Ce genre n’est plus valide ... Dès le milieu des années 20, on s’est apperçu que le brontosaure était un mélange d’apatosaure et de camarasaure mal assortis. Dans les années 60, on le savait ! Mais le “brontosaure” était, avant le tyrannosaure, le dino le plus populaire, vedette du film muet “Le monde perdu”, 1925). On ne déboulonne pas une star comme ça ]... / ... .)

Dinosaure ou dinosaurien. Petit Larousse 1998 : (du gr. deinos, terrible, et saura, lézard ; tiens, qu’est-ce que je disais ?) 1. Reptile fossile de l’ère secondaire, dont les nombreuses espèces étaient très diversifiées dans leur morphologie ainsi que dans leur taille. Encycl. Classés en deux groupes [j’en repasse...] les quelques 400 genres décrits comptent [...]le tyrannosaure, et des herbivores parfois gigantesques, tel le brontosaure et le diplodocus. Ennuyeux, ça, les graminées  n’apparaissent qu’au crétacé ; le “brontosaure” chimérique et le diplodocus vivaient au jurassique, bien avant qu’un brin d’herbe n’ait pu leur caresser les narines... Mais on admettra que tout ceux qui sont végétatiens ou phytophages, termes qui auraient du être employés, sont qualifiables d’ “herbivores”, allez. Apparus au trias, il y a environ 200 millions d’années (en 1998, on savait déjà que des dinosaures existaient au trias inférieur, il y a plus de 235 millions d’années), les dinosaures ont dominé la vie animale terrestre au jurassique et au crétacé avant de s’éteindre brusquement il y a 65 millions d’années.
2. Fam. Personne, institution jugée archaïque dans son domaine, mais y conservant une importance considérable. // dinosaure de la politique.
Bizarre, ça ; alors que les dinosaures terrestres, non aviens, ont tous disparu lors d’un accident que certains jugent fort opportun (car il nous a permis, mammifères, de prendre le pouvoir) et étaient tous bien adaptés à leur milieu, à leur époque, la définition étendue décrit des déphasés qui existent encore... Le premier contresens n’est en fait pas si curieux : on a longtemps cru que les dinosaures avaient disparu à cause de leur lenteur et de leur manque supposé d’intelligence qui les auraient empêché de s’adapter aux conditions de temps nouveaux. Le paléontologue R.T. Bakker a beaucoup fait pour dissiper ces idées au siècle dernier. Mais une fois qu’une acception est entrée dans le langage courant...

Notons pour terminer que le petit Larousse 2005, reprend intégralement la définition précédente, et les “400 genres”, qui étaient déjà presque 500 à la fin des années 90 et qui doivent avoisiner les 600 aujourd’hui. L’intérêt du grand public pour ces formidables animaux permet de dégager des fonds pour leur recherche. On aimerait qu’il en soit ainsi pour tous les autres êtres vivants...

En conclusion : il est rassurant que les dictionnaires informent leurs lecteurs que tout animal disparu n’est pas forcément membre des deux ordres de sauropsidés (eh oui, on ne dit plus “reptiles”, de reptare, ramper, en latin ; en science, cela ne représente plus rien, tout comme le terme “poissons”, qui recouvre lui aussi des organismes lointainement apparentés) terrestres réunis familièrement sous le nom de “dinosaures”.
Suivre l’avancée des sciences, ne semble cependant pas être la course favorite du Larousse : les 4 espèces citées (diplodocus, tyrannosaure, iguanodon et tricératops), alliées au fantomatique “brontosaure”, marquent la volonté de faire en sorte que le lecteur trouve ce qu’il connaît déjà ; une sorte de culture générale, au besoin obsolète, pour qu’enfants et parents aient les mêmes “honnêtes” références. C’est bien la définition de dictionnaire qui s’occuppe de la “langue commune”(**). Quant à apprendre quelque chose, cela semble être dévolu aux ouvrages spécialisés...

                                                           Le nain paléontologue.

(*) Voir dans ce blog “L’argent, l’argent”.
(**) Le Petit Robert.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens