Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 18:30


Juillet 1997.
Un paysan chinois dégage un fossile. Ce n’est pas sans danger.
Pour le fossile, qui reçoit un méchant coup de pioche ; pour le paysan, qui risque 2 à 3 ans de prison pour vente à l’étranger d’un des précieux trésors de la Chine ; pour les sciences, enfin.

A l’aide de l’empreinte, de la contre-empreinte et d’une autre plaque fossilifère contenant un autre animal, habilement collées, il va fabriquer une pièce qu’un revendeur achètera en juin 1998 et revendra 80 000 dollars à Stephen et Sylvia Czerkas, directeurs du musée des dinosaures de Blanding, Utah, au début de l’année 1999.
La majeure partie de la chimère consiste en l’avant d’un oiseau à dent (nommé plus tard Yanornis) et la queue d’un raptor déjà connu (Microraptor) fait le reste. Mais pour les Czerkas, prêts à en faire la pièce maîtresse de leur musée, elle est le “chaînon manquant” tant attendu entre les dinosaures et les oiseaux (1).

Le problème c’est qu’ils sont des artistes ; ils sculptent et écrivent des livres sur les animaux disparus, mais n’ont pas les diplômes qui leur permettraient d’étudier, de nommer et de publier la découverte d’une nouvelle espèce. Il leur faut une caution scientifique.
Ils vont solliciter leur vieil ami P. J. Currie, consultant du National Geographic.
La rédaction du périodique, estimant que la réputation de Currie est un gage suffisant de sérieux, accepte de co-parrainer les recherches sur le fossile - un spécialiste chinois, Xu Xing, est contacté - et de laisser les Czerkas co-signer l’article avec le directeur artistique, donc pas un journaliste, de la publication.
Un projet d’article est aussi esquissé pour Nature, la plus grande revue scientifique, avec Science, aux USA.

Leurs obligations vont amener Currie et Xu Xing à expédier leur expertise, non sans émettre quelques réserves que les Czerkas, trop impliqués dans le projet, passent sous silence auprès de la revue, qui tient par ailleurs à rester discrète et rapide pour réaliser un scoop.
Nature se désengage de l’affaire faute de garanties suffisantes.
C’est donc avec un bel aplomb qu’en novembre 1999 Archeoraptor liaoningensis (le “raptor très ancien du Liaoning”) prend son envol dans les pages du prestigieux mensuel (2).
Vite, cependant, le spécialiste chinois livre des conclusions accablantes : le spécimen est au mieux composite, au pire falsifié.
Le National Geographic mène alors une contre-enquête. Les négligences sont pointées dans 5 longues pages d’excuses publiées 11 mois après le premier article (3).
Oh, pas que cela remette en cause les origines dinosauriennes des oiseaux, mais cela a permis  à nombre d’opposants à cette théorie, comme Alan Feduccia, paléontologue et auteur (4), de jubiler... un temps.
Pour lui, les dinosaures à proto-plumes n’en sont pas. Leur “duvet” n’est qu’un reste de fibres de peau, pas des ébauches de plumes. Plus : “Archeoraptor est seulement la partie émergée de l’iceberg (...). J’ai entendu dire qu’il y a une fabrique de faux fossiles en Chine du Nord Est, dans la province du Liaoning (...). Le trafic de fossiles chinois est devenu une grosse affaire (...) pour d’énormes sommes d’argent (5).
Soit, il y a un trafic de fossiles.
Pas forcément des faux. Les recherches menées depuis ces déclarations ont conforté la filiation entre une branche de dinosaures carnivores à plumes et nos amis ailés... Peut-être trouvera-t’on bientôt un intermédiaire aussi satisfaisant que ceux (dont certains dorment dans des coffres ; n'oublions pas qu'un fossile d'archéoptéryx, "chaînon manquant" validant la théorie de l'Évolution, avait subi une tentative de destruction) entre les reptiles mammaliens et les mammifères (6).
On se rend compte que dans chaque camp, comme souvent, le premier prétexte venu est bon pour étayer un point de vue qui peine à s’imposer, et tant pis si la vérité est écornée.
L’argent ou la perspective d’en gagner (si le fossile avait été authentifié comme dinosaure volant, il aurait pu être encore revendu à 1 millon ou un million et demi de dollars) fait souvent oublier bien des principes de précaution...


                                                    Le Nain paléontologue
 


(1) Voir photo. Document National Geographic.
(2) Des plumes pour T. rex ? National Geographic France, vol 1.2, n°2, nov. 1999.
(3) Contre-enquête sur l’”Archeoraptor”, National Geographic France, n°13, oct. 2000.
(4) The origin and evolution of birds, Yale University Press, 1999.
(5) Discover, volume 24 n°2, janv. 2003. Traduit par le nain d’après les propos en anglais qu’il a trouvé sur le web.
(6) Cette digression ne signifie en aucun cas ici qu'A.Feduccia est opposé à l'évolutionnisme.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens