Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 23:48
Les récents commentaires d'un ami sur le dernier film de Roland Emmerich "2012" ne me donnent franchement pas envie d'y aller :  "On ne s'y ennuie pas", dit-il, " à cause des effets spéciaux époustouflants (on souffre juste ... tant l'humour teuton est ras de terre et les dialogues volontairement basiques sont larmoyants - ... c'est lourd." Mais c'est bien là la marque Emmerich, voyons : c'est lourd !
Pour couronner le tout, je viens de regarder la chronique hebdomadaire sur BBC1 consacrée aux sorties de cinéma de la semaine, et comme j'y ai eu droit à une critique bien british de ce film, je ne résiste pas au plaisir de vous la faire partager. C'est la critique émise par Jonathan Ross dans son émission  "2009 with Jonathan Ross"*.

"Personne ne s'attend une quelconque subtilité de la part d'un film de Roland Emmerich, mais on est en droit d'espérer un peu plus qu'une continuation de son avant-dernier film, et plus d'une fois durant 2012, j'ai cru que j'étais en train de regarder des scènes coupées du "Jour d'Après". Tout ce que l'on peut dire en faveur de ce film, c'est que, sans surprise, les effects spéciaux générés par ordinateur sont impressionnants.  À part cela, il met en place le cadre standard du film de "fin du monde", regarde ensuite un groupe de personnages échapper à des désastres naturels les uns après les autres - à pied, en voiture, en hélicoptère, en avion - d'une manière qui pousse l'acceptation des invraissemblances bien au-delà du point de rupture.

Le morceau de niaiseries potentiellement étrange concernant un calendrier Maya est gâché dès les cinq premières minutes et ce qui suit est un film dont le manque incurable d'imagination le dispute à une paresse insultante.

Comment se peut-il qu'un nombre incalculable de millions ait pu être dépensé pour faire ce film alors que le scénario n'a absolument aucun sens même en termes de sa propre logique interne ? Avec une pseudo-intrigue exécrable et embarrassante sur John Cusack et sa famille, balancée dans le film pour faire bonne mesure, tout ce terrible gâchis m'a donné la nostalgie du Master of Disaster des années 70, Irwin Allen.

Et si le monde doit réellement prendre fin en 2012, au moins, je n'aurais plus à me farcir de films de ce genre."

La semaine prochaine, Jonathan Ross nous parlera-t-il du dernier film de Terry Gilliam, "L''imaginarium du Docteur Parnassus" ? Mais je sais déjà que j'irais voir ce film-là dès que possible...

* (texte original en anglais : "No one expects subtlety from a Roland Emmerich film, but you do have a right to anticipate more than a continuation of his last movie but one, and at a times during 2012, I thought I was watching out-takes from the Day after Tomorrow. All that can be said for this film is that unsurprinsignly, the computer-generated effects are impressive. Other than that, its offers the standard disaster movie set-up, then watches a group of characters escape one natural disaster after another - on foot, in cars, in helicopters, in planes - in a way that strains the suspension of disbelief well beyond breaking point.
The potentially intriguing piece of hokum about the Mayan calender is thrown away in the first five minutes and what follows is a film that's as relentlessly unimaginative as it is insultingly lazy. How could untold millions have been spent on making it when the script doesn't make any kind of sense even in terms of its own internal logic ? With an awful, embarrassing sub-plot about John Cusack and his family thrown in for goog measure, the whole sorry mess made me yearn for the work of 70s Master of Disaster Irwin Allen. And if the world really is going to end in 2012, at least, I'll never have to sit through a film like this again.")


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Nains d'Orgue
  • : Un blog collectif par des amis qui n'ont pas leur langue dans la poche.
  • Contact

Profil : Qui Sommes-Nous

  • Les Nains d'Orgue
  • Le blog des nains d'orgue est fait par une bande d'amis citoyens de France et de l'Union européenne. C'est le journal de leurs humeurs, de leurs coups de cœur, de leurs fous rires sur l'actualité, la science, les livres, le cinéma, les balades, l

Recherche

Archives

Liens